Spécifiques Roumaine

Anciens cépages roumains

Nous attendons également vos contributions !

Voir aussi : Thèmes pour Visitez > Routes des vins

Nous avons inclus cette présentation dans le chapitre des spécificités roumaines, car la culture de la vigne et la vinification sont des activités traditionnelles en Roumanie mais surtout pour vous parler des cépages typiques roumains dont la culture remonte à l’antiquité de ce pays.
C’est aussi une invitation à la découverte des ces vins, soit lors d’un voyage en Roumanie soit lors de la visite chez votre marchand de vin habituel ou chez un importateur de vins roumains de votre pays.
Pour la Belgique vous pouvez contacter: www.transylvania.be; george@transylvania.be
Pour chaque cépage on a mentionné la région de culture, au cas où vous souhaitez déguster ces vins dans leur environnement naturel. Si bon nombre des cépages présentés sont cultivés sur des surfaces significatives, il y a dans notre liste aussi des cépages dont la culture se limite à quelques pieds chez des vignerons qui essaient de perpétuer cet héritage.
Et avant notre présentation, un appel, inspiré par le livre de Ion Puscas, qui serait destiné à tous les Roumains et ceux qui aiment la Roumanie, aux fonctionnaires de l’Etat roumain qui travaillent auprès des Ambassades et sections commerciales, autres autorités chargés de la promotion et l’image du pays.
Les anciens cépages roumains sont un héritage et un trésor national que la Roumanie doit garder et faire connaître.
La viticulture est partie de l’histoire des grands peuples et donne prestige et légitimité historique. La Roumanie devrait faire valoir sa longue histoire aussi par les vins traditionnels faits ici depuis de millénaires.
Les anciens vins roumains ont le potentiel d’une grande attraction touristique. Ce sont des cépages rares, qui parfois n’existent plus qu’en Roumanie, et ils pourront faire venir les connaître sur place, les connaisseurs et les amateurs de découvertes.
Ils sont différents, mais une différence dans la qualité et le goût. Ils sont ce « autre chose » que cherchent partout les hommes et qui constituent des segments importants pour inciter les exportations roumaines de vin.
Honorés diplomates roumains, vous servirez mieux les intérêts et l’identité du pays (si vous résonnez à ces sujets) aussi en présentant lors des réceptions que vous organisez les cépages typiques roumains au lieu des anonymes Chardonays et autres Pinots.

           Plus d'information : Vechi soiuri romanesti de vita de vie, Ion M.Pusca, editie Intact, 2010

Cépages pour la vinification

   Alb romanesc
            Origines dans le Bas Pays (Tara de jos) partie méridionale de la Moldavie, autour de Cetatea Alba, ville sur le Dniestr.
            Ardeleanca
            Origines sur les vallées du Mures, Tarnave et du Somes cépage de cuve blanc, convient aussi pour les vins pétillants. Aujourd’hui cultive seulement dans les vignobles de Diosig et valea lui Mihai, département de Bihor et Satu Mare.
            Armas
            Provenant probablement par variation des bourgeons du cépage Grasa de Cotnari, nord de la Moldavie, a l’origine de vins blancs superieurs secs ou demi-secs.
            Babeasca neagra
            La légende le lie au vignoble de Nicoresti, sur la vallée du Siret, ou Etienne le Grand (Stefan cel Mare), prince moldave, aurait apprécié le vin rouge obtenu de ce cépage. Comme le vin a été offert dans un broc par une vielle du village, le prince aurait baptisé ce vin Babeasca (baba = vielle). Richelieu aurait élogié ce vin qu’il se faisait apporter de si loin. Convient pour les vins pétillants rosés et rouges.
            Nicoresti est à 10 km de Tecuci et 25 km de Marasesti, dans le département de Galati.

           
Basicata
            Basicata est pour la région viticole Dealu Mare ce que Cramposia este pour les vignobles de Drăgăsani.
            Avec le cépage de Gordinul (1/4) et de Tamaioasa (1/4), Basicata (1/2) constitue le « fondement » des vignobles de Dealu Mare.
            Origines dans la région des collines situées entre les rivières Buzau et Teleajen.
            La peau des raisins de ce cépage, vert doré, présente des petites taches rouille caractéristiques, d’où leur nom (basicata=cloque). Ce cépage n’est plus cultivé sur de grandes surfaces aujourd’hui.
            Dealu Mare, la plus compacte région viticole de Roumanie, étendue sur 14.500 hectares, connue pour ses vins rouges. Région touristique, routes du vin, le vignoble s’étend sur 70 km, au nord de la route Ploiesti, Mizil, Buzau.

            Berbecel
            Blanc frais, originaire des vignobles de Plaiurile Drancei, département de Mehedinti, où il était assemblé aux cépages Negru Vartos (Corb) 1/3, Negru Moale (Seina neagra) 1/3, pour donner les vins de la région. « Corbul donne la force, Seina apporte l’eau et le Berbecel la saveur », comme disent les vignerons du pays.
            Braghina
            Rosé léger, Braghina 30%, Cramposie 30%, Gordan 130% et  Tamaioasa 10%, tel a été des siècles durant l’assemblage des vins du vignoble de Dragasani. « Cramposie donne la force, Braghina apporte la mousse, Gordanul rempli le fût et Tamaioasa donne l’arôme ».
            Drăgăsani, région viticole située sur de superbes terrasses qui longent la rive droite de l’Olt, dans le département de Valcea.

Busuioaca de Bohotin
            Cépage dont le nom est lié à la commune de Bohotin, département de Iasi, près de la frontière avec la R de Moldavie. Busuioaca est un vin rosé liquoreux, ample, produit dans les vignobles de Bohotin, Husi, Pietroasa et Tohani. Son nom vient du basilique (busuioc en roumain) dont la senteur se mélange dans ce vin avec un parfum léger de rose, chèvrefeuille et  pêches mures.          
            Cabasmă Albă, Cabasmă Neagră
            Cepages originaires de Bassarabie, le premier donne des vins blancs avec une grande teneur en alcool allant jusqu’à 13°, le deuxième des vins rouges frais, légers.iven geven de witte wijnen met een hoog alcoholgehalte tot 13 °, de tweede de rode wijnen fris en licht.
   


            Ciolnic
            Origines en Moldavie,  cépage de cuve blanc, donne des vins fraîches avec acidité équilibrée.
            Crâmpoşie
            Cultivé bien avant l’arrivée des Romains en Dacia, originaire de Dragasani, donne des vins blanc, fruités.
            Creaţă
            Originaire du Banat, donne des vins blancs, légers, fruités. Ses feuilles sont crépues d’où son nom.
            Cruciulita
            Aujourd’hui rarement cultivé en Olténie et dans le vignoble de Dealu Mare. Son nom est un diminutif de cruce=croix. Donne des vins blancs, légers.
            Feteasca alba
            Un cépage très ancien, répandu sur l’ensemble du territoire roumain. Grande capacité d’accumulation du sucre, goût équilibré, généreux, velouté, rond, prêtable au vieillissement.
            Feteasca neagra
            Peut-être l’un des plus anciens cépages autochtones, cultivé uniquement dans l’espace viticole roumain. Provient d’une sélection populaire au départ de la vigne sauvage. Donne des vins rouges généralement secs, qui tirent jusqu'à 12,5°. Grande capacité de vieillissement, goût particulier, épicé, poivré.
            Feteasca regala
            Originaire de la vallée de la Tarnava, autour de la commune Danes donne des vins généralement secs, équilibres, blancs-verdâtres ou jaune-vert qui passent au jaune-or apres 1-2 ans, arome florale surtout pour les jeunes vins, légèrement acide rappelle le goût des pommes roumaines d’été.
            Francusa
            Originaire des collines moldaves, vignobles de Cotnari, Husi et Odobesti. Cultivé uniquement en Roumanie pour ses vins d’été, frais et fruités. Parfait pour accompagner urda ou casul, fromages roumains.
 

Galbena de Odobesti
            Cultivé dans le sud de la Moldavie, notamment dans les vignobles de Odobesti et Panciu. Donne des vins secs, lests, légers, avec un goût de fraîcheur et une légère nuance jaune (galben=jaune). Peut bien accompagner les fruits de mer ou essayez-le avec un canard au petit-pois du pays.
            Galbena uriasa
            Cultivé uniquement en Roumanie sur de petites surfaces, il donne un vin léger de consommation courante, servant pour les coupages ou la distillation.
            Gordan
            Originaire du sud du pays, notamment le vignoble de Dragasani. Cépage de cuve blanc. Donne de bonnes productions : « un seau par pied ». Ce qui explique pourquoi « Gordanul umple butea » le Gordan remplit le tonneau (butea ou butoi en roumain du latin buttis = tonneau, fût).
            Gordin et Gordin guguiat
            Encore cultivé sur de surfaces restreintes dans la zone viticole Dealu Mare

            Grasa de Cotnari
            C’est le cépage romain sur lequel on a écrit la plus ample littérature. Apparemment ses origines ne sont pas à Cotnari mais dans le vignoble de Alba Iulia d’où il a été apporté au Moyen Age, en Moldavie. Avec les cépages roumains de Francusa, Feteasca Alba et Tamaioasa romanesca, il forme l’héritage viticole de Cotnari, un des seuls en Roumanie à avoir été conservé  inchangé à travers le temps. Il donne des vins blancs doux, aux senteurs de noix, raisins et  abricots sèches, cire d’abeille. Les années aux automnes longues, sur les grappes de Grasa se développe la pourriture noble qui favorise la production de vins très doux. Son non, grasa veut dire grasse, et il est du peut-être à sa coulée onctueuse semblable à celle d’une huile.
            Iordana
            Originaire de Moldavie, avant même la période des migrations, cépage de cuve blanc, Donne un vin qui tire 9 à 10° ; arome de fleurs de pâturage, se consomme  comme vin jeune. Recement il a traverse les carpates pour etre cultive aussi dans les vignobles de Tarnave, Alba ou Apold, y contribuant à la fabrication des vins mousseux.
            Majarca alba
            Originaire du Banat, donne des vins blancs secs, légers et agréables, tirant jusqu’a 12°.
            Mustoasa de Măderat
            Vous trouverez ce cépage dans le vignoble de Minis-Maderat, à 37 km de Arad, un des plus anciens et renommés de Roumanie. Degusté, ce vin blanc évoque « l’air frais et propre d’un matin d’automne roumaine ».
            Negru de Causani
            Cépage cultive seulement en Roumanie et dont le nom est lié à la commune de Căusani, actuellement en R. de Moldavie, sur les rives du Dniestr. Vins proches de Feteasca Neagra.

Negru mare
            Mare car il a des raisins grands pour un cépage à vin, allant jusqu'à 5 gr. Et une grappe pesant jusqu'à 800 gr avec une longueur de 22 cm. Et Negru car il donne un vin noir-rouge, corpulent, frais et fruité, se prêtant aussi pour le vieillissement. Associez-le à nos « sarmale » ou à la « tochitura ». Cultivé dans les vignobles méridionales de la Moldavie et l’ouest de la Munténie.

            Negru moale
            Autrefois, grâce à sa grande production de raisons c’était le cépage le plus répandu dans les régions roumaines, pour faire des vins rouges seul ou en mélange avec d’autres cépages. Ainsi à Nicoresti il s’alliait à la Babeasca neagra, à Orevita et Golul Drancei au Negru vartos et au Berbecel. Avec une acidité dépassant 5,0gr/l, il peut être utilisé aussi pour les mousseux rosés.
            Negru romanesc
            Cépage de cuve noire, originaire des vignobles autour de Cetatea Alba sur le Dniestr.
            Negru vârtos
            Dans les coupages, il apporte teneur en alcool, corpulence et couleur. Un des cépages roumains de cuve noire les plus réputés.
            Om rau
            Cépage de cuve blanc, en traduction « l’homme méchant », une possible explication de ce nom étant son goût herbal-astringent le rendant peu attractif pour la consommation directe. Originaire et cultivé sur les deux rives du Prut.
            Ovis
            Cépage de cuve blanc, actuellement cultive sur de petites surfaces. Sa grande acidité, 4,5 g/l, le recommande pour être assemblé aux cépages manquant d’acidité et à la fabrication des mousseux.
            Pârciu
            Originaire de Moldavie, vignoble de Odobesti où il était assemblé notamment aux cépages Galbena et Plavaie. Donne des vins blancs secs avec une note spécifique piquante, rappelant la senteur de bouc. Un cépage ancien roumain, en voie de disparition.
            Plăvaie
            Originaire de vignobles de Vrancea, il occupait  presque la moitié des vignes à Panciu et Odobesti où il partageait les surfaces avec le cépage Galbena. Donne des vins vert-jaune, tirant 9 a 10°, avec une acidité de 4-5 g/l, lestes, étanche la soif. A consommer jeune. 
            Rară albă ou Băbeasca albă
            Rară (rare) car ses baies sont rares, mais grandes. Donne des vins blancs, secs, jeunes.
            Samoveanca
            Originaire des collines ensoleillées de la Dobrodgea, ce cépage de cuve rouge a pris son nom à la commune de Samova, à 12 km ouest de Tulcea, sur les rives du Danube.
 

  
Tamaioasa romaneasca
            Muscat roumain cultivé dans les vignobles de Dragasani, Dealu Mare, Cotnari. Le vendange est tardif pour permettre un bon mûrissement. Donne des vins blancs doux, avec des arômes de tilleul et acacia. En vieillissant, son arôme évoque une ruche d’abeilles.
            Tamaioasa de Bohotin
            Le cépage est bien plus ancien que la commune dont il a pris le nom, laissant tomber dans l’oubli son premier nom. Et si ce vin n’existait pas, combien de gens auraient appris le nom de cette commune rurale, perdue sur le plateau moldave entre Iasi et Husi.
            Il donne des vins rouges, au parfum de pétales de rose. Cultivé dans les vignobles de Bohotin, Husi, Pietrosele et Tohani.

            Vulpea
            Le cépage dont le nom signifie « le renard », donne des vins rouge-clair ou rosés, légers.
            Zemoasa
            Ce cépage dont le nom veut dire « juteux », donne des vins blancs, légers, à consommer jeunes.
            Zghihara
            Originaire du centre de la Moldavie, le département de Vaslui, avec une aire de culture restreint, c’est un cépage de cuve blanc à consommer jeune.

Raisins de table

  • Frumoasa de Ghioroc
  • Coarnă albă
  • Coarnă neagră
  • Coarnă roşie
  • Coarnă vanată
  • Razachie albă
  • Razachie roşie
  • Tâţa caprei
  • Tâţa vacii


Tâţa caprei

Les deux derniers cépages font partie des souvenirs de mon enfance. Dans le jardin de ma grand-mère paternelle, à Bailesti, ou je passais mes vacances, il n’y avait que ces deux variétés de raisins. Sur le chemin de ma vie je ne les ai plus rencontré.  Je les ai redécouvert tard dans le livre de Ion Pusca, avec une agréable surprise et fierté.
On les mangeait tard l’automne mais mes souvenirs gustatifs sont liés surtout à la période d’hiver, lorsque grand-mère nous envoyait par des parents, à Bucarest, une boite de raisins sucrés et fermes, à la peau dorée.  
Tâţa caprei (le téton de la chèvre) a des baies rappelant la forme d’un ballon de rugby d’environ 2,5 cm de longueur. Les baies de Tâţa vacii (le téton de la vache) sont plus fines et longues, avec une grosseur constante, arrondie au bout et peut-être plus rare sur la grappe. Ils se conservent très bien l’hiver. Je vois encore l’image du grenier de mes grands-parents lors de Noël, quand on les visitait parfois, avec les grappes, parfois longues de 30 cm et plus, qui étaient suspendues à hauteur sur de longues lattes en bois qui traversaient le grenier.
Je n’ai plus visité la maison de grand-mère depuis de années. On me dit que les pieds de vignoble n’y sont plus. Je compte y revenir et chercher ce souvenir d’enfance pour le replanter ailleurs et le perpétuer. Je ressent ceci comme un devoir et peut-être comme moi le ressent bien d’autres compatriotes…Ne laissons pas notre héritage viticole disparaître.

Mircea