Informations générales

Traditions

1. Gastronomie

La cuisine roumaine est riche, "goûteuse" et copieuse, comme peut l'être la cuisine d'un pays dans lequel tout pousse encore naturellement, où les légumes et les fruits suivent le cours normal des saisons, où l'hiver est rigoureux. La viande de porc est particulièrement appréciée, mais on trouve aussi du boeuf, du veau et du poulet de qualité. Toutes ces viandes sont délicieuses juste grillées.

Les spécialités roumaines comprennent beaucoup de soupes. Essayez la "Ciorba", une soupe aigre à base de son fermenté, de lard, de pommes de terre, de boeuf ou de poulet.
De solides ragoûts tels que le "Tochitura" sont accompagnés, comme de nombreux plats de viande roumaine , de "mamaliga", une polenta de maïs.
"Sarmale" est un plat à base de feuille de choux (parfois aussi de vigne) farci à la viande.
La "Mititei" est une petite saucisse grillée, parfumée aux plantes aromatiques.

Dans les poissons, goutez la carpe à la broche, une spécialité du Delta du Danube.

D'excellents et nombreux vins roumains (voir rubrique vins) accompagnent à la perfection ces plats locaux.

La "Tuica", un alcool de prune est souvent bu en apéritif.

Nous avons développés un certain nombre de recettes typiques roumains : La cuisine roumaine

Quelques autres idées : http://www.culinar.ro/ (Ro)

2. Folklore

Le folklore roumain est le mieux préservé au monde et on en trouve la preuve partout dans le pays : Maramures (architecture de bois, costumes, céramiques); Bucovinie (tissages, oeufs de Pâques peints, costumes, traditions); Banat (costumes populaires, coutumes traditionnelles); Horezeu (poterie, sculpture de bois); Monts Apuseni costumes populaires, bois sculpté, festivités folkloriques, architecture en bois); Marginea Sibiului (icônes peintes sur verre, costumes populaires, articles de ménages).

Quelques exemples

Des musées reprenant les anciennes techniques paysannes peuvent être visités à Bucarest, Sibiu, Cluj-Napoca, Râmnicu Vâlcea, Focsani, Timisoara ou Sighetu Marmatiei.

La musique et la danse folklorique sont des traditions vitales et vivantes en Roumanie.

Musée National d'art : http://www.mnar.arts.ro/ 
Musée du village roumain : http://www.muzeul-satului.ro/ 
Musée du paysan roumain : http://www.muzeultaranuluiroman.ro/  
Musée de la Civilisation Populaire Traditionelle "ASTRA" : http://www.muzeulastra.ro/ 
Musée des costumes populaires de Roumanie : http://www.panoramax.ro/panorame-virtuale/galerie.php?id=109 
Musée ethnographique de la Moldavie : http://www.muzeul-moldova.ro/

3. Fête de Pâques

Année
Catholique
Orthodoxe
2010
4 april
2011
24 april
2012
8 april
15 april
2013
31 maart
5 mei
2014
20 april
2015
5 april
12 aprilie
2016
27 maart
1 mai
2017
16 april
2018
1 april
8 april
2019
21 april
28 april
2020
12 april
19 april

Lors de la fête des Pâques en Roumanie, dans toutes les familles on prépare des œufs colorés. La couleur traditionnelle est le rouge, mais il n'est pas rare de voir aussi des œufs jaunes, bleus, verts ou même noirs.

Dans certains villages cette coutume est devenue un art et on parle d'œufs peints. Les œufs sont d'abord bien lavés et séchés. On applique ensuite sur l'œuf blanc un dessin, utilisant ou lieu de l'ancre, de la cire chaude à l'état liquide, à l'aide d'un instrument fonctionnant comme un stylo à cire.

Ce premier dessin apparaîtra à la fin du travail, de couleur blanche, car les fines traces de cire ne permettrons pas aux différentes couleurs de s'imprégner sur la coque de l'œuf.

Suit le premier bain, celui dans la couleur jaune et un autre dessin de cire qui protégera la couleur jaune.

Ensuite un bain de rouge et puis l'application d'un autre dessin qui s'ajoute aux précédents et le dernier bain de couleur qui est le marron. Pratiquement, la dernière couleur ne prend que sur la partie de coque qui n'aura pas été couverte de cire, suite à l'application successive de dessins.

On laisse les œufs près du feu qui fait fondre la cire peu à peu. On élimine les dernières traces de cire avec un tissu en laine. Un merveilleux jeux de lignes en couleurs, formes géométriques ou diverses représentations, apparaît. Une dernière touche y est apportée avec un chiffon imprégné de graisse de cochon, pour donner de la brillance, et l'œuf est rangé dans grand panier ou une grande assiette.

On attend la nuit de la Résurrection pour les manger la nuit, au retour de l'église, souvent accompagné de " colaci", un pain rituel ayant la forme d'un cercle et de la "pasca" . C'est une grande tarte, assez épaisse, dont le contour contient un mélange de fromages frais, crème fraîche, jaunes d'œuf, raisins secs et sucre.

La tradition demande qu'au retour de l'église, les œufs peints, avant de les manger, fassent l'objet d'une rituel. La personne la plus âgée ou l'homme, frappe de son œuf qu'il tient dans sa main, celui d'un convive qui tient lui aussi un œuf , en disant : " Hristos a invita ! " (Christ est ressuscité !). L'autre doit répondre: " Adevarat a inviat ! " (Vraiment il est ressuscité ! ).

Celui qui s'est vu casser l'œuf doit l'offrir à celui qui a un œuf plus dur. Ceci engage une joyeuses compétition entre les convives et surtout entre les enfants. Les "tricheurs" utilisent parfois des œufs de pintade ou même en bois, mais la tricherie n'est pas appréciée surtout à cette occasion.

Les œufs peints peuvent être mangés, selon la tradition, de dimanche jusqu'au mardi suivant.

4. Architecture traditional

Les maisons traditionnelles paysannes sont en général petites et pittoresques, avec des encadrements souvent bleus contrastant vivement sur les façades blanchies à la chaux dans certaines parties du pays, ou multicolores dans d'autres. Les porches et avant-toits en saillie se retrouvent un peu partout. Les meubles, les rideaux, les tapis et les vêtements sont souvent confectionnés à la maison.

5. Shopping

Comme achats intéressants à faire en roumanie, citons le linge de table brodé, les céramiques, poteries, tapis, vêtements folklorique, le bois sculpté, la porceleine, l'argenterie et les icônes.